Archive pour août 2008

c’est pour le geste maman que tu m’offres toi aussi quelque chose de précieux à moi toute seule, quelque chose qui ne serait pas les restants des autres qui n’en veulent pas.

Dimanche 31 août 2008

Bonjour Maman, bonne fête

Une carte, des fleurs, du chocolat, de la pizza (c’est à sa demande) de la salade d’artichauts. De la salade de champignons.

Elle n’a pas faim, elle est contente, elle a de la vaisselle neuve, elle est belle:

-         C’est de la nouvelle vaisselle

-         Oui, j’ai cassé une de mes assiettes, et j’ai dit à Madeleine de venir  chercher le service.
-         Je lui montre la pochette de mon livre

-         J’ai de la misère à lire, cela ne te ressemble pas, si c’était quelqu’un d’autre je ne lirais même pas, cela me force les yeux, et  si c’était quelqu’un d’autre je le mettrais au poubelle.

-         Je vais te redonner le petit point, est-ce que tu le veux, les têtes africaines que tu m’a donné, l’hibiscus que tu m’as donné, le cuivre que tu m’a donné, la petite toile que tu as faites, le crucifix qui vient d’Afrique, (le deuxième crucifix cette semaine) les petits éléphants que tu m’as donnés, les objets que tu m’as donnés

-         J’aimerais bien cette aquarelle de la maison des grands parents,

-         Je l’ai donné à Madeleine, tu comprends c’est la première ( en dedans de moi, je me dis la première lorsque cela fais ton affaire, en effet plus jeune, lorsque je lui passé la remarque : maman c’est madeleine qui devrait s’occuper des enfants, tu as répondu : Madeleine doit aller à l’Université.. première quand cela fait ton affaire, voilà et il vrai que je suis troisième et de la façon dont tu es complice de Madeleine, et elle avec toi, elle doit être la deuxième, la deuxième est pour la mère )

-         Et où t’a mis le piano, je regarde alentours, je ne le vois pas

-         C’est à Madeleine, je lui ai donné

-         Je te redonne ton collier en Malachite, je l’ai fait remonter il y a deux ans, il y a beaucoup de vol de bijoux, et je commence à donner  mes bijoux en or, Mado, (puis elle se tait) pas ceux que je porte mais les autres,

-         Je sais c’est pas agréable de se faire voler les bijoux, moi je me les ai fait volé, et j’aimerais bien avoir un bijoux de toi

-         Je suis fatigué je vais aller me coucher

Madeleine, c’est le retour de l’enfant prodigue à la maison, celle qui envoyait chier maman,  qui ne voulait rien savoir qui se… et se… mais cela ne vous regarde pas, mais moi je le sais… et d’autres le savent aussi.

Maman que tu dois être fière de cette fille qui enfin te donne raison, et avec qui tu as tellement d’affinité. Et surtout l’accueil qu’elle a eu pour Geneviève avec son bébé lorsqu’elle est arrivée, enceinte avant le mariage, cela a du te toucher profondément.

C’est un peu court, je lui ai parlé de François , de Olivier, de Martin, cela tombe mort tout le temps, je lui parle de mon livre, aucune question aucune réponse, aucune remarque encourageante, je l’invite pour le lancement,  » Je peux pas te répondre, c’est pas certain.. Je peux rien promettre, » J’ai la gorges nouée , « … pourtant maman, puisque tu es monté à Moringht Hight, tu serais capable de venir, » je lui dit, » maintenant en supposant que cela t’intéresse pas, c’est autre chose. »

Je trouve que maman a beaucoup changer physiquement, elle est  beaucoup plus, lente, plus tranquille, le visage et les traits fatigués, elle doit avoir été avec ses amies hier pour sa fête, cela doit paraître aujourd’hui, et puis voilà je pourrais mourir avant elle, elle me dit cela ne serait pas facile, là je suis émue.

J’aime maman, et pourtant je ressorts de là, le cœur en échappé, maman quelle histoire inventée as-tu en toi pour moi?

Je réalise que les choses nouvelles, les étapes de ta vie maman, les toiles qui ont une côtes et les bijoux qui ont une certaine valeur, cela va passer tout droit,  c’est pour le geste maman que tu m’offres toi aussi quelque chose de précieux à moi toute seule, quelque chose qui ne serait pas les restants des autres, qui n’en veulent pas.

Je suis rendue moi-même à remettre les choses en ordre, je sais que cela n’est pas facile, et pourtant j’aimerais que chacun y trouve sa part et l’estime que j’ai pour eux.

Je te remercie tout de même d’avoir songé me les offrir, il y a comme une impasse, et peu importe ce qui se passe, il semble que cela soit pas facile, et ne le sera probablement pas avec toi jusqu’à ta mort, et/ou la mienne.  Je n’y peux rien pour l’instant, parfois dans la vie, il semble ne pas avoir de solution, la solution semblerait être la mort, et pourtant mourir n’est pas une solution.

Maman c’est pas toujours facile la vie, et les histoires que l’on se racontent aussi. Il y a des histoires que tu dois mieux aimer que les autres, que tu finis par y croire, et que tout le monde aime croire Vivre autrement serait peut-être trop difficile et serait-ce tellement cela difficile de remettre en place,  le vrai aspect de la vie tel quelle.

Est-ce ici que le DR House dit tout le monde ment, est-ce que je suis du monde dans ton monde maman?

Elle avait 7 ans seulement, une enfant, Dieu a-t-il tellement besoin d’amour

Dimanche 31 août 2008

Montréal le 30 août 2008   Bonjour

 J’étais présente à coté de vous, ce 26 août,  je vous surveillais je craignais pour votre propre vie!

Vos hurlements d’une mère devant son enfant transperce encore aujourd’hui mon être en entier et se superpose à la vision de votre fille

 Je vous aime et ne vous connais pas

 Dieu a-t-il besoin de tant d’amour pour rappeler à lui un être aussi fragile

 Une enfant

 Madame je vous porte en moi, je suis présente à vous

 Et venez vers moi, je vous accueillerai comme une mère accueille une autre mère

 Je suis témoin de votre drame. Témoin de votre douleur

 Dans mon impuissance je puis simplement vous tendre mon épaule pour y déposer votre tête.

 Merci, je vais un don à  la Fondation Rêves d’Enfants sera fait,.

Protégé : La très grande puissance d’un potentiel à exprimer, demande d’être guidé, encadré, entouré de gros bon sens

Vendredi 29 août 2008

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Un carré magique s,accompagne de ce cheminement de retrouver le sens du dessin retracé par sa forme et le sens la direction

Vendredi 29 août 2008


Bonjour Je vois en effet que c’est marqué: carré magique de mars,

et pourtant regarde le copier collé de Vladimir, tu y trouveras les chiffres qui représente plus souvent le carré magique de MArs selon une tradtion paienne de magie
http://astrosophie.chez-alice.fr/astromag/cadres/cadre.htm
tu clique sur carré planétaires et ensuite sur celui de mars

je pense que le lien a été donné autrement tu le trouvera ici

Le carré magique est pour moi un peu comme un fast food que tu achète au restaurant, on te le sert, ou bien un produit congelé

Pour mettre dans ton assiette une pizza, les gestes sacré qui est là à l’origne est d’abord la terre la semence, la récolte, la transformation, la localisation, l’eau la source le puit, le levain le jardin.. et les gestes qui accompagne
Combien de regard perdu sur l’histoire de nos gestes et rituels
Un carré magique s,accompagne de ce cheminement de retrouver le sens du dessin retracé par sa forme et le sens la direction des flèches qui raccordent chaque unité à l’autre dans un ordre croissant ou décroissant,

Il n’y a pas de lien internet, ici , c’est ce que moi, et ainsi que je te le transmet belle MAriedemai,

Lorsque tu manges une pizza, la mémoire de sa transformation nous appartient encore, et nous pouvons aussi en faire le parcours.

Pourtant le carré magique avec cette métaphore, peux-tu seulement entrevoir toute l’ignorance et la puissance non révélé qui est sousjacent à ces chiffres

La puissance de ce carré doit avoir une compassion à la hauteur de la vigne qui s’abreuve dans les replis de la terre.

Et le carré de la place de Nime appartenant à quelle société correspond pour moi à une histoire à redécouvrir dans une société initiatique qui en révèlerait le sens et l’itinéraire.

Belle journée à toi

il est vrai que je me méfie de la trop grande puissance de ces entrefacts. et surtout de notre ignorance

Maman bonne fête tu fêtes et tu préfères que je ne vienne pas me joindre à mes frères et soeurs

Dimanche 24 août 2008

Maman bonne fête en avance, tu fêtes avec mes frères et soeur et préfére, tu me l’as dit, que je ne vienne pas me joindre à votre table.

Pour quels raison cette fois-ci?

Quel motif de moi écrase ta tapisserie et/ ou y fait tâche? Sais-tu seulement quoi faire de moi?

Je te vois arriver au ciel et négocier avec Dieu encore 3 semaines après ta mort pour lui dire que c’est bien ce que tu as fais,  Dieu sonde les coeurs, il connait ta souffrance, il n’a pas à te juger, mais tu n’as pas à lui mentir pour avoir juste raison d’avoir raison.

Mettre ta souffrance en moi, est-ce un solution?

Pour cette fête tu t’es acheté un petit transporteur qui amène ton corps partout avec légèreté! et ton âme suit-elle lorsqu’elle pense à moi? serais-tu capable d’y manoeuvrer et d’y voir clair dans le regard de la réalité et de la vérité?

Que les Dieux de la terre t’accordent un répit du coeur et une ouverture vers ce monde en temps réel , ou la capacité de vivre un peu à mes côtés te serait possible.

D’amour et de tendresse je t’ai coiffée et prodiguée à mes frères et soeurs des soins nécessaires et essentiels à leur croissance.  Aujourd’hui ces gestes sont même niés

En mon coeur j’aime ces personnes, je connais leur réalité , je connais la tienne et la mienne, déformée par la version cinématographique que tu interprètes,  reprennant les scènes de vie, et les redistribuant à qui te semble le plus convenir au détriment des faits réels tu recrées un monde dont tu es le héros et la raison et l’intelligence.

Qu’espèrer que Dieu te donne en présent? une ouverture dans la réalité de ta vie et une compassion pour la vérité.

Aimé et être aimé

Bonne fête maman, une maman j’en ai juste une, je ne m’en inventerai pas une autre juste pour le plaisir, et je ne comprends pas je ne comprends pas…

Que Dieu vienne en aide à mon coeur.

Qui se souvient, cher frères,  cher soeurs  de tout cet amour, de toute cette tendresse de toutes ces caresses, de tout ces sourires de ces rires, de ces dinners, de ces baisers sur les bobos, sur les habits festis, la robe de mariée , de princesse… tous ces bons souvenirs assaisonnés au vent de la déformation … JVM suis-je en dehors de ma réalité aimé…. ce souvenir de vous aimer.

Aujourd’hui, je me demande est-ce ainsi que j’ai le goût d’aimer sans être aimé,  d,aimé sans vous cotoyer, d’aimer en esclaves  alors que je vis la libération de mon esprit. aimé comme Rose aimée.
Allez soyez heureux, vous me manquez, vous tels que je vous connais et aime, aujourd’hui je ne sais pas, ne sais plus  qui vous êtes, pour moi vous êtes ce que vous avez été et comment je vous ai connu. et ceux que j’ai connus, morts à ma vie quotodienne je suis endeuillée de vous et que je vous aime de tendresse.

 

QUe la vie soit bonne pour vous et me délivre de mes attentes normales d’être aussi aimée par vous.

 

Je ne suis pas à la retraite d’un job que j’aurais eu à la maison,  vous m’avez placé en retrait de vous, ignorez de m’inviter au mariage de vos enfants.. je ne comprends pas je ne comprends pas…

 

et savent bien que je ne suis pas là, mais ils ne savent pas où je suis

Samedi 23 août 2008

Nos vie en parralélle

sur la ligne du temps le café refroidi ici pour être chez toi à temps

Tout me semble un peu diffus et serein en mon âme

j’aime cette distance, ce disoours en prolongation

que viens-tu dans ma vie en ce moment
rendre les heures, les secondes,
les jours en arc de toi!

Je survole de mes yeux mes espaces
je dis aux gens je pars
ils me demandent où?
et le voyage commence
je suis partis
et eux ils savent bien que je suis pas là
mais ils savent pas où je suis!
et moi je suis avec toi!

« Le jour où quelqu’un vous aime, il fait très beau,

Vendredi 22 août 2008

Jean Gabin / Maintenant Je Sais

Quand j’étais gosse, haut comme trois pommes,
J’parlais bien fort pour être un homme
J’disais, JE SAIS, JE SAIS, JE SAIS, JE SAIS

C’était l’début, c’était l’printemps
Mais quand j’ai eu mes 18 ans
J’ai dit, JE SAIS, ça y est, cette fois JE SAIS

Et aujourd’hui, les jours où je m’retourne
J’regarde la terre où j’ai quand même fait les 100 pas
Et je n’sais toujours pas comment elle tourne !

Vers 25 ans, j’savais tout : l’amour, les roses, la vie, les sous
Tiens oui l’amour ! J’en avais fait tout le tour !

Et heureusement, comme les copains, j’avais pas mangé tout mon pain :
Au milieu de ma vie, j’ai encore appris.
C’que j’ai appris, ça tient en trois, quatre mots :

« Le jour où quelqu’un vous aime, il fait très beau,
j’peux pas mieux dire, il fait très beau !

C’est encore ce qui m’étonne dans la vie,
Moi qui suis à l’automne de ma vie
On oublie tant de soirs de tristesse
Mais jamais un matin de tendresse !

Toute ma jeunesse, j’ai voulu dire JE SAIS
Seulement, plus je cherchais, et puis moins j’ savais

Il y a 60 coups qui ont sonné à l’horloge
Je suis encore à ma fenêtre, je regarde, et j’m'interroge ?

Maintenant JE SAIS, JE SAIS QU’ON NE SAIT JAMAIS !

La vie, l’amour, l’argent, les amis et les roses
On ne sait jamais le bruit ni la couleur des choses
C’est tout c’que j’sais ! Mais ça, j’le SAIS… !

 

Lune d’août, lune nouricière, lune orageuse

Vendredi 15 août 2008

16 16:16 Montréal

16 21:16 Nice

Onde de aout
sur champs en devenir
promesse d’abondance
Orage et déchainement

L’électricité dans l’air
charge en ion la terre
la profondeur de la nuit
le vol de nuage

l’éclipse danse
entre soleil et Gaia
mange à même le sol
les 5 éléments réunis

le bois le feu
la terre le métal
l’air de rien
s’almagame

Hymne à la vie
à la continuité
Les petits fruits murs
lune nouricière

belle lunaison cette nuit et demain!

Et pourquoi quelqu’un substitut la Vérité au mensonge

Samedi 9 août 2008

Et pourquoi quelqu’un substitut le mensonge à la vérité?
le mensonge se doit d’être entendu et expliqué,
la vérité aussi d’ailleurs.

Adolphe Hitler qui est presque le prototype d’un juif cheveux noir yeux bruns, a réussi à imposer une réalité arienne de blond aux yeux bleus sans se faire tuer.

Pourquoi n’a-t-il pas été le premier à se faire tuer, ou lui-même n’a-t-il pas signé son arrêt de mort et de déportation?

Même le regard des autres sur lui a été l’adulation?

Pourquoi ce système de l’être a ce paradoxe et cette vision d’une réalité inexistante.

Le pouvoir du mensonge basé sur une fausse connaissance et interprétation d’une apparente réalité.

Voilà Dr House.. : tout le monde ment…. et vous-même alors avec cette affirmation maintenez ce paradoxe. Pourquoi vous croire? pour ma par, c’Est votre capacité à reconnaitre l’erreur qui me fascine, votre peu de loyauté à votre hypothèse première, lorsque vous en trouvez une meilleur, votre recherche en avant toujours vers le sens des combinaisons des symptômes, votre quête et votre enquête, votre curiosité et de voir multiplier les possibilités avec une certitude que la réponse est quelque part, et pas seulement dans celle que vous émettez..

Les symtômes mentent en se combinant ensemble, l’expérimentation donne une réponse.

La sincérité de notre : ici maintenant, s’adaptant à notre éveil de conscience. Le doute met une couronne sur notre émotion, la certitude est dans la vibration intérieure et comme une musique fluctue selon l’accord recherché et/ou émis.

 


Nietzsche critique l’anthropocentrisme. Celui-ci provient d’une hypostase du besoin (abstraction inexactement déterminée comme une réalité) : cette hypostase se nomme la conscience ou intellect. L’intellect est le produit de ma dépendance à l’égard des autres hommes, produit de la vie sociale. 

Le langage n’est pas originairement logique. Il est l’ensemble des transpositions arbitraires des sensations (les concepts sont des ‘métaphores’ : « excitation nerveuse », puis « image mentale », puis « son articulé »), qui mutilent la singularité et comportent des préjugés grammaticaux (les genres, la relation sujet/objet, l’étymologie).

Ces points conduisent à la formulation d’une distinction : il existe deux plans distincts de la notion de vérité, un plan moral, et un plan extra-moral :

* Le plan de la vérité morale (parfois appelée véracité) provient de la dépendance généalogique des matériaux de la pensée à l’égard de la communauté humaine (qu’on l’appelle société, famille, troupeau ou quoi que ce soit d’autre).
* Le plan extra-moral est obtenu par déconstruction généalogique : en faisant la généalogie des matériaux de la pensée, on découvre les points de déformation. En les corrigeant, on peut reconstruire ce que serait la vérité au sens extra-moral.

La vérité au sens extra-moral conduit à abandonner le genre de vie théorique (celui qui connait par concept), et à lui substituer un genre de vie artistique (celui qui connait par les sensations).

Nietzsche 15 octobre 1844- 25 août 1900

 


Et bien la vérité à foutu le camp je sais pas trop où!!! 

avec son conflit actif

L’ONU ne s’est pas pointé le nez

Les vaisseaux extras terrestres rammasse les ruches

La sacrée est revendiqueé par les amérindiens

et d’autre exigent d’avoir raison sur la raison!

QUel bordel !!

Bon une chance que le vin y était bon
il en reste pu

il avait un petit gout de baril fumé
et l’entrée de fenouil au noix et à la poire

Que c’est bon

Bonne nuit
et quelle journée

au cabinet il y a
bonne nuit! je reste avec le sourire accroché aux machoires!!
L’interprétation que l’on fait des choses est tout à fait une interprétation!
et l’interprétation amuse et se ricanne elle même de son angle de vu!!
Bonne je me comprends je me comprends!
et les pieds sur la terre humide, les yeux à l’infini le monde parait-être un ramassi de petites boites noires